[rev_slider_vc alias= »header »]

Le Complexe W-Arly-Pendjari

Le Complexe W-Arly-Pendjari, en extension au Parc National du W du Niger, bien du Patrimoine Mondial depuis 1996, est transfrontalier et constitué des quatre Parcs Nationaux, de la Pendjari et du W au Bénin, et des Parcs Nationaux d’Arly et du W au Burkina Faso. Il couvre une superficie totale de 1 291 210 ha.

Il est situé sur les territoires contigus de la République du Bénin et Burkina Faso. Au Bénin, le Complexe W-Arly-Pendjari couvre les communes de Tanguiéta, de Matéri et de Kérou, (Département de l’Atacora), et les communes de Banikoara, de Kandi, de Malanville et de Karimama, (Département de l’Alibori). Au Burkina Faso, il couvre la région de l’Est intégrant les provinces de la Tapoa, du Gourma et de la Kompienga.

Le Complexe W-Arly-Pendjari est l’une des plus grandes aires protégées de la province biogéographique des savanes Ouest africaine. Il fait la transition entre le Sahel et la forêt. Les processus écologiques qui s’y déroulent comprennent entre autres une dynamique hydrographique qui garantit en permanence la présence suffisante de l’eau. Il est sous l’influence du climat soudanien et d’une végétation fortement marquée par l’utilisation des feux de végétation et la présence des formations végétales (savane herbeuse, savane boisée, forêt claire, galerie forestière). Les variabilités climatiques conditionnent la répartition spatiale de la flore et favorisent ainsi l’existence d’habitats divers pour sa faune toute aussi variée. Il est actuellement le refuge naturel le plus viable, disponible aux espèces rares, menacées et/ou endémiques de sa province biogéographique. Il abrite presque la totalité des espèces de grands mammifères de la savane soudanienne d’Afrique de l’ouest tels que le damalisque (Damaliscus korrigum), le léopard (Panthera pardus), le guépard (Acinonyx jubatus), la gazelle à front roux (Gazella rufifrons), le vautour oricou (Torgos tracheliotos), le messager sagittaire (Sagittarius serpentarius) et le lamantin (Trichechus senegalensis), qui sont des espèces rares en Afrique de l’Ouest.

Divers types d’écosystèmes significatifs servent d’habitats pour la faune et la flore de ce Complexe W-Arly-Pendjari. Dans les forêts galeries, la continuité entre les cimes des arbres et des arbustes le long de l’eau, contribue à créer des niches écologiques bien particulières pour l’entomofaune. La présence de la chaine de l’Atacora favorise l’existence d’une proportion élevée d’espèces appartenant à la zone guinéo-congolaise.

La faible pression des populations riveraines autour du site contribue à garantir le maintien de son intégrité. Enfin, la bonne protection légale et juridique existante pour le Complexe W-Arly-Pendjari est une garantie de durabilité pour la survie des espèces présentes.